Travail hybride : définition, avantages et enjeux

6 minutes de lecture

Partager cet article :

Travail hybride : définition, avantages et enjeux

La crise sanitaire a accéléré la démocratisation du télétravail dans les entreprises, permettant ainsi à de plus en plus de salariés de choisir leur lieu d’exercice et leur mode de fonctionnement.

En prenant compte les retours des employés, de multiples sociétés ont décidé d’adopter le travail hybride, donnant accès à une plus grande flexibilité. En 2023, 47% des salariés français travaillent en télétravail et en présentiel (source).

Dans cet article, nous vous en disons plus sur cette pratique et ses avantages. Nous faisons également le point sur les enjeux et les différents types qui existent.

Qu’est-ce que le travail hybride ?

Le travail hybride est un mode d’organisation professionnelle, qui mélange le travail au bureau (présentiel) au travail à distance (télétravail). Ces multiples lieux de travail permettent plus de flexibilité aux collaborateurs.

Ainsi, les membres d’une même équipe sont amenés à pratiquer leur activité tantôt en collectivité, dans les locaux de l’entreprise, tantôt en autonomie, dans le lieu de leur choix.

Toutefois, pour assurer le bon déroulement des projets en cours, les collaborateurs sont encouragés à échanger régulièrement, notamment par voie dématérialisée.

Dans certaines sociétés, il s’accompagne de flex office, de coworking ou encore de smart office.

Tous ces modèles organisationnels ont pour objectif d’offrir une certaine flexibilité aux salariés, comme aux employeurs.

Cela est rendu possible grâce au large déploiement des nouvelles technologies, qui facilitent le travail collaboratif, que ce soit sur site ou à distance.

Quels sont les avantages du travail hybride pour l’entreprise ?

Si le travail hybride compte de multiples avantages du point de vue des salariés, c’est également le cas pour les employeurs. Ci-dessous, nous vous présentons les trois principaux.

Amélioration de la satisfaction des employés

Lorsque le travail hybride est correctement mis en place par l’équipe de direction et les managers, il peut avoir un impact positif sur le sentiment de satisfaction des collaborateurs.

Effectivement, en leur donnant la possibilité de travailler d’où ils veulent et au rythme qui leur convient, un ou plusieurs jours par semaine, les employés estiment bénéficier d’un meilleur équilibre entre leur vie personnelle et leur activité professionnelle.

Au-delà de contribuer au bien-être des membres de votre personnel, qui est l’une des préoccupations principales de bon nombre d’entreprises, le travail hybride a une incidence positive sur le taux de rétention des salariés.

Augmentation de la productivité des collaborateurs

Grâce à la flexibilité et à l’autonomie offertes aux salariés, ces derniers ont la possibilité de choisir un cadre de travail qui leur convient davantage, mais aussi des horaires plus en accord avec leur rythme personnel.

Ces éléments jouent un rôle significatif dans leur engagement, ainsi que dans leur productivité.

Pour l’entreprise, il s’agit d’une méthode idéale pour développer durablement son activité, tout en améliorant les conditions de travail de ses collaborateurs.

Réduction des coûts

Le travail hybride suppose qu’une partie des équipes travaille à distance, tandis que l’autre occupe les locaux.

Cette alternance entre présentiel et distanciel favorise la réduction des coûts opérationnels de l’entreprise, puisque cette dernière peut se tourner vers des bureaux ayant une plus petite superficie.

De même, la consommation d’énergie ou l’achat de mobilier de bureau seront moins importants que pour une société optant pour un mode de travail traditionnel.

Cette réduction des coûts est également valable pour les salariés, qui économisent notamment des frais de déplacement.

Quels sont les enjeux du travail hybride ?

Si ce modèle organisationnel s’accompagne de nombreux avantages, il confronte également les entreprises à divers enjeux. Nous vous en présentons trois majeurs ci-dessous.

Adapter le management

Afin d’assurer le suivi des projets et l’encadrement des salariés, il est essentiel que les entreprises adaptent leur management aux contraintes que suppose le travail hybride.

Plusieurs éléments doivent être pris en compte :

  • Laisser un minimum d’autonomie aux équipes ;
  • Configurer un système d’information adéquat pour le travail collaboratif ;
  • Faciliter la communication grâce à des outils interactifs, comme un réseau social d’entreprise ou une messagerie instantanée ;
  • Proposer de faire des points réguliers avec les salariés à distance.

Maintenir la cohésion d’équipe

Lorsque les membres d’une même équipe travaillent à distance les uns des autres, il peut être difficile de maintenir une certaine cohésion. Les managers doivent ainsi y veiller sans cesse, dans le but que le travail hybride ne devienne pas davantage un point faible qu’un point fort.

Il peut alors être intéressant d’instaurer des échanges informels entre les collaborateurs, en ayant recours par exemple à des déjeuners d’équipe, des afterworks ou encore des ateliers de team building. Ces rendez-vous sont également l’occasion de réaffirmer la culture d’entreprise.

Ne pas négliger l’expérience employé

La distance instaurée entre les salariés et leur hiérarchie ne doit pas être une excuse pour négliger l’expérience employé. Il est recommandé que l’accent soit mis sur les processus d’intégration à distance des nouvelles recrues, mais aussi sur les processus de suivi des collaborateurs déjà présents dans l’entreprise.

En parallèle, il convient de lutter contre les discriminations qui peuvent apparaître entre les salariés travaillant en présentiel et ceux ayant opté pour le distanciel.

Les équipes de Ressources Humaines doivent veiller au bien-être des salariés et à leur traitement équitable, quel que soit leur mode organisationnel. Pour ce faire, elles peuvent proposer des questionnaires de satisfaction et agir en fonction des réponses reçues.

Comment mettre en place le travail hybride en entreprise ?

Plusieurs modes de travail hybride peuvent être mis en place dans une entreprise. Si tel est votre projet, voici les quatre types les plus répandus :

  • Office-first : les employés travaillent majoritairement au bureau, mais ont la possibilité de choisir un ou plusieurs jours fixes par semaine pour travailler à distance ;
  • Split-week : le split-week est similaire à l’office-first. Cela consiste à répartir les sessions de travail entre le présentiel et le distanciel. Toutefois, la semaine fractionnée concerne l’ensemble des salariés, et pas uniquement celles et ceux qui veulent bénéficier d’une certaine flexibilité ;
  • Split-team : le split-team consiste à adapter le travail hybride selon les services d’une entreprise. Par exemple, l’équipe marketing peut fonctionner en étant en télétravail à 100 %, tandis que l’équipe de production doit nécessairement travailler sur place ;
  • Remote-first : le remote-first encourage fortement le télétravail, en le plaçant comme mode organisationnel principal. Les employés travaillent majoritairement à distance et peuvent effectuer des visites occasionnelles au bureau, dans le cadre de la cohésion d’équipe et de la formation.

Laisser un commentaire